Archives par étiquette : SHS-ALL

Abstract de l’intervention de Françoise Gouzi :  » Valoriser vos travaux scientifiques : l’archive ouverte pluridisciplinaire HAL « 

Le mouvement du Libre Accès est né dans un contexte d’explosion des nouveaux supports électroniques liés au web, de crise du système traditionnel des revues scientifiques et d’accroissement du nombre de journaux et articles produits. Les bibliothécaires ont joué un rôle majeur dans ce mouvement, en alertant le corps des enseignants sur la crise provoquée par la croissance du coût des abonnements aux revues savantes. Ainsi, dans un esprit ouvert à la connaissance pour tous (auteurs et lecteurs), le Libres Accès s’est développé au travers de deux stratégie complémentaires (initiative de Budapest 2002) : l’auto-archivage dans des réservoirs dédiés (archives ouvertes) pour une communication scientifique directe et la publication dans des revues électroniques en libre accès. Nous présenterons l’archive ouverte nationale HAL avec ses fonctionnalités et principaux enjeux pour les chercheurs et doctorants : comment déposer un article (métadonnées et référencement), quels documents déposer (articles, thèses…), diffuser ma liste de publication via HAL, augmenter ma visibilité locale (laboratoire) et internationale. Nous tenterons enfin d’apporter des réponses claires et outils pratiques concernant les questions relatives aux droits d’auteurs et à la position des éditeurs en matière d’auto-archivage.

Programme de la journée d’études :  Les Digital Humanities : Un renouvellement des questionnements et des pratiques en SHS-ALL ?

Françoise Gouzi : est Ingénieur d’études à l’Université Toulouse 2 – Le Mirail depuis 2009, chargée d’Information Scientifique & Technique (IST). D’abord chargée de valorisation et diffusion de la Recherche en SHS sur les Amériques, elle devient coordinatrice du portail HAL de l’Université (2011) avec pour mission d’inciter les chercheurs, dans les laboratoires, à déposer leurs publications en archives ouvertes. Correspondante IST de l’InSHS (CNRS) pour UMS 838 (Direction en Appui à la Recherche), elle communique, oriente et accompagne divers acteurs de l’université (enseignants-chercheurs/étudiants, éditeurs, bibliothécaires) sur les principales évolutions liées à l’IST : libres accès et archives ouvertes, diffusion et édition électronique, évaluation de la Recherche et plus particulièrement, qualité éditoriale des revues scientifique. Elle dispense des formations en information-documentation dans le cadre des Etudes Doctorales et du département Info-Com de l’IUT A (Toulouse 3). Membre des réseaux CorIST (InSHS), ADBS, Latindex (Mexique) et Redial (Réseau européen de documentation sur l’Amérique latine).

http://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/

http://openarchiv.hypotheses.org/

 

Abstract de l’intervention de Philippe Aigrain :  » Comment articuler l’économie et les communs numériques dans les humanités ? « 

Même si l’on considère un champ très large pour les humanités, incluant par exemple la littérature et les sciences sociales, l’essentiel des pratiques qui y contribuent sont non marchandes, déconnectées des transactions monétaires et financées indirectement par des statuts, activités, subventions ou revenus. Cependant, certaines fonctions essentielles de numérisation, éditoriales, de distribution, d’intermédiation, de collecte et d’exploitation des données font l’objet d’activités marchandes. L’intervention analysera les défis de l’articulation entre les communs du savoir et la soutenabilité économique des fonctions à valeur ajoutée. On analysera la portée de différents modèles de financement ou de commerce, en prenant comme exemple la numérisation du domaine public, l’édition de monographies de sciences sociales et humaines en accès libre, l’édition littéraire contemporaine ou l’innovation pour les outils techniques.
Programme de la journée d’études : Les Digital Humanities : Un renouvellement des questionnements et des pratiques en SHS-ALL ?

 

 Philippe Aigrain est informaticien et essayiste. Il dirige Sopinspace une société qui développe des logiciels libres et fournit des services pour la collaboration en ligne, notamment pour l’annotation collaborative des textes. Il est l’un des fondateurs de La Quadrature du Net. Il est l’auteur de plusieurs livres dont le dernier est Sharing Culture and the Economy in the internet Age, Amsterdam Univ. Press, 2012 et le rédaction principal des Éléments pour la réforme du droit d’auteur et des politiques culturelles liées

 

 

 

Abstract de l’intervention de Lionel Maurel :  » Digital Humanities, Propritété intellectuelle et Bien Commun de la Connaissance « 

Le Manifeste des Digital Humanities affirme un engagement en faveur de « l’accès libre aux données et aux métadonnées », ainsi qu’une volonté d’œuvrer pour « la diffusion, à la circulation et au libre enrichissement des méthodes, du code, des formats et des résultats de la recherche ». Pour autant, la production du savoir par les communautés scientifiques en SHS-ALL s’inscrit dans un arrière-plan juridique qui saisit les connaissances à travers le prisme de la propriété intellectuelle. Cours, articles, ouvrages, images relèvent du droit d’auteur ; données de recherche et métadonnées relèvent du droit des bases de données et du régime des informations publiques. L’activité de recherche elle-même s’inscrit dans le cadre juridiquement contraint d’exceptions au droit d’auteur, conçues de manière restrictives en France. Des mouvements comme ceux de l’Open Access ou l’Open Data permettraient de mettre en œuvre les idéaux de partage et de diffusion des savoirs qui sont au cœur des Digital Humanities. Mais l’Open Access a toujours eu plus de difficultés à se développer dans le domaine des SHS que dans celui des sciences dures. L’Open Data en matière de données scientifiques tarde par ailleurs à produire des résultats concrets. Et les tensions autour de la question du plagiat et du « pillage » des résultats de recherche révèlent des rapports complexes et parfois ambigus entre les chercheurs et la propriété intellectuelle.

Face à ces obstacles, ne peut-on pas rapprocher les idéaux des Digital Humanities avec la problématique plus large des Biens Communs de la Connaissance ? Une telle convergence peut-elle permettre de dépasser ce que James Boyle a appelé le « Second Mouvement des Enclosures » qui a profondément modifié le statut de la connaissance ? Au-delà des réformes juridiques et institutionnelles, un tel effort passe sans doute avant tout par une nouvelle éthique de la recherche.

 Programme de la journée d’études : Les Digital Humanities : Un renouvellement des questionnements et des pratiques en SHS-ALL ?

Lionel Maurel est juriste et bibliothécaire. Conservateur à la BDIC, il est l’auteur du blog S.I.Lex et co-fondateur du collectif SavoirsCom1.