Abstract de l’intervention de Catherine Bernard : « Exploitation et valorisation numérique des sources dans les Archives : exemple des Archives de Toulouse « 

Les Archives ont pour mission de collecter, conserver et classer afin de les communiquer au public les sources permettant de reconstituer l’histoire d’un territoire et de ses habitants. La valorisation des documents représente l’aboutissement de cette chaîne de traitement archivistique.

Depuis quelques années, les Archives utilisent de plus en plus les ressources du numérique pour diffuser l’information et toucher le public. Aujourd’hui les publics ont une exigence de disponibilité permanente de l’information qu’il n’est pas évident de concilier avec les contraintes de fonctionnement d’un service à la fois patrimonial et administratif. Augmenter l’offre de diffusion sur Internet permet de répondre en partie à cette demande pressante.

Certaines archives sont quelquefois si difficile d’accès qu’elles ne peuvent se passer d’un acte de médiation pour appréhender leur sens. A l’origine, elles sont principalement des documents administratifs dont le créateur a rarement prévu qu’ils seraient largement diffusés. Les Archives les publient accompagnées de clés d’accès.

Tout ne peut être édité sur ce vecteur. Cependant plusieurs démarches participent à cet effort : publier la base de données documentaire et de des documents numérisés en nombre ou proposer des outils de médiation à forte valeur ajoutée tels que dossiers documentaires, expositions virtuelles, banques de documents ou sites Internet spécialisés comme Urban-Hist (site cartographique sur la patrimoine toulousain).

 

Programme de la journée d’études : Les Digital Humanities : Un renouvellement des questionnements et des pratiques en SHS-ALL ?

Catherine Bernard est Adjointe du directeur des Archives municipales de Toulouse depuis janvier 2000, elle est plus particulièrement chargée du service de publics, fonds clos et audiovisuels. Titulaire d’une maîtrise en archivistique de l’université de Haute-Alsace, elle a commencé sa carrière aux Archives départementales du Doubs comme archiviste intercommunal, avant de prendre la responsabilité des Archives municipal de Montbéliard (Doubs) en mars 1992. A Toulouse, elle gère la réorganisation des fonds du Moyen Âge à 1940, le développement d’un projet de traitement et valorisation des archives audiovisuelles ainsi que les évolutions de l’informatique documentaire. En parallèle, elle coordonne les actions menées en direction des publics.

Abstract de l’intervention de Marc Lavastrou : « La thèse à l’heure du numérique : retour d’une expérience sur le doctorat »

Au sein des disciplines des Sciences Humaines et Sociales (SHS) et des Arts, Lettres, Langues (ALL), on distingue principalement trois types de pratiques liés aux Digital Humanities. La première conception consiste à voir le numérique comme un objet d’étude singulier. Dans ce cas, les domaines de la sociologie ou des sciences de l’information et de la communication peuvent, par exemple, chercher à comprendre et à analyser les caractéristiques et les aspects novateurs du développement des réseaux sociaux. La psychologie peut également user de ce terrain d’investigation en relevant, notamment, les différentes pathologies liées aux pratiques numériques et informatiques.

Mais les Digital Humanities ne se limitent pas seulement au numérique comme objet de recherche. L’utilisation des technologies de l’informatique sont aujourd’hui indispensable à la réalisation d’un travail de recherche tel que le doctorat. Ces pratiques concernent l’ensemble des disciplines des SHS-ALL. Au-delà des logiciels de traitement de texte, les doctorants doivent désormais acquérir une expertise dans la pratique de logiciels informatiques à haute technicité afin de répondre aux exigences de la recherche et du développement. Dans un avenir proche, un travail comme celui du doctorat devrait être réalisé en étroite collaboration avec de multiples acteurs – archivistes, informaticiens, juristes, etc. – et mettre en place des interactions encore inédites à ce jour.

Enfin, le champ des Digital Humanities concerne également l’évolution et les changements des modes de diffusion et de valorisation de la recherche induits par ces développements numériques. La présente communication s’attachera essentiellement à définir, à travers de nombreux exemples, ces trois facettes des Digital Humanities à travers l’expérience du doctorat.

Programme de la journée d’études : Les Digital Humanities : Une renouvellement des questionnements et des pratiques en SHS-ALL ?

Marc Lavastrou a suivi une formation en histoire de l’art, entre 2008 et décembre 2012, il a réalisé un doctorat d’allemand sous la direction d’André Combes, au sein du CREG (EA4151) à l’Université Toulouse 2 – Le Mirail qui a pour titre La réception du cinéma allemand par la presse cinématographique française entre 1921 et 1933. Durant son doctorat, il occupe diverses responsabilité – webmaster, élu doctorant. Outre plusieurs interventions orales dans des séminaires et des colloques, il a, à ce jour, publié trois articles notamment dans la revue Trajectoires : en 2007,  » La réception de Madame du Barry d’Ernst Lubitsch par la presse cinématographique française du début des années 1920″, en 2010,  » La réception française de Westfront 1918 : une humanisation après coup du soldat allemand ?  » et en 2011,  » De Louis Delluc à Caligari… L’introduction du cinéma allemand en France « 

Abstract de l’intervention d’Elsa Gimenez : « ComUniTIC : Les Digital Humanities en actes »

ComUniTIC (Communauté d’Universitaires autour des usages des Technologies de l’Information et de la Communication) s’inscrit dans le Labex SMS. Elle s’est fondé sur l’idée que les sciences humaines et sociales sont indispensables pour comprendre et analyser les usages des TIC. ComUniTIC entend donc, en premier lieu, fédérer les initiatives des chercheurs de la région toulousaine en ce sens. Orienté vers la Recherche et le Développement, ComUniTIC doit également permettre d’initier des collaborations avec le secteur privé dont la recherche académique en SHS reste trop souvent éloignée. ComUniTIC constitue enfin, un lieu d’échange et de médiation avec le grand public (grande conférence, formations, rencontres, débats citoyens, festivals, etc.)

En ce sens, ComUniTIC s’inscrit dans une réelle dynamique de valorisation et d’implantation des Digital Humanities dans la région toulousaine. Nous proposerons lors de cette journée dédiée à cette notion, de revenir sur les manifestations scientifiques organisées par ComUniTIC depuis le début de l’année, offrant toutes un focus sur l’entrelacement entre les Sciences Humaines et Sociales et les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, nous nous attacherons à rendre compte de la diversité des questions soulevées mais également aux formes d’introduction des NTIC dans les pratiques de travail au sein de cette communauté.

 

Programme de la journée : Les Digital Humanities : Un renouvellement des questionnements et des pratiques en SHS-ALL ?

 

Elsa Gimenez est Community Manageuse de ComUniTIC. Chargée de recherche en Sociologie, rattachée au LISST-CERS, elle participe actuellement à différents projets : Twitter académie, ResoCIT et au Living Lab de la Foire de Toulouse.

Bibliographie collaborative

Dans le cadre de cette journée d’études, nous avons choisi de créer une bibliographie thématique sur les Digital Humanities sur Zotero. A notre sens, c’est un moyen d’approfondir, de partager et de diffuser ses connaissances.

https://www.zotero.org/groups/digital_humanities_utm_13

Les Digital Humanities : Un renouvellement des questionnements et des pratiques scientifiques en SHS-ALL ?

bandeau

Journée d’études organisée par les élus doctorants des trois Écoles Doctorales (ALLPH@, CLESCO, TESC) et du Conseil Scientifique de l’Université Toulouse 2 – Le Mirail (Étienne Février, Marc Lavastrou et Agathe Roby)

Le mardi 28 mai 2013, en salle D29 de la Maison de la Recherche de l’Université Toulouse 2 – Le Mirail à partir de 9h00

Plan d’accès

 

Argumentaire de la journée d’études :

Apparu il y aura bientôt dix ans (2004), le terme de Digital Humanities (Humanités numériques) s’est aujourd’hui imposé comme une notion incontournable pour tout chercheur en Sciences Humaines et Sociales (SHS) et en Arts Lettres Langues (ALL). Bien que centrale, cette notion recouvre néanmoins des réalités plurielles et complexes et suscite un besoin constant de (re)définition, comme en témoignent les nombreux travaux scientifiques et les rencontres de professionnels et universitaires. Si l’on s’accorde à les définir a minima comme l’intersection des technologies numériques et des SHS-ALL, les Digital Humanities apportent de profonds changements qui ne se limitent pas à la simple transformation des supports et des formats. En effet, c’est la pratique même de la recherche, ainsi que les questionnements scientifiques et méthodologiques, qui se trouvent renouvelés par cette (r)évolution numérique. Ainsi, cette journée d’études a-t-elle pour objectif de poursuivre la réflexion sur les principales modifications induites par les Digital Humanities, à la fois dans nos pratiques les plus quotidiennes, et aspects juridiques et économiques de la recherche et, par extension, les schémas de sa diffusion et de sa valorisation. Elles modifient par ailleurs les pratiques bibliographiques (exploitations et valorisation des sources) et pédagogiques, ainsi que les modes de communication. De telles évolutions ne se font pas sans engendre de nouvelles problématiques et sans esquisses de nouvelles limites, qu’il faut impérativement exposer afin d’en cerner les principaux enjeux.

Programme de la journée

(Modérateurs de la matinée : Marine Gout et Guillaume Sire)

(Modérateurs de l’après-midi Éric Castex et Marc Lavastrou)

 

 

Digital Humanities Toulouse

Ce carnet a pour objectif de diffuser le contenu des communications réalisées lors de la journée d’études du 28 mai 2013 intitulée « Les Digital Humanities : Un renouvellement des questionnements et des pratiques scientifiques en SHS-ALL ».
Cette journée se compose de 9 interventions autour des thèmes suivants : aspects économiques et juridiques propres aux Digital Humanities, réflexions sur les pratiques de recherche, d’enseignement de diffusion et de valorisation qui en découlent.