A lire, à consulter ailleurs (10/06/2013)

cropped-4394249544_04a930156d_b.jpg

Apprentissage avec le numérique

Recherche

Actualités

Recension

Ressources numériques

L’histoire numérique / Digital History (13 juin 2013 – Université Toulouse 2)

Séminaire transversal international : L’histoire numérique / Digital History

organisé à l’Université Toulouse 2, le 13 juin 2013
9h-18h

aff poublanc.jpg
La journée d’étude sera disponible en direct “urbi et orbi”  (et les replay le soir même normalement) :  http://videos.univ-tlse2.fr/livestream/dighist13/
Un fil de discussion tweeter sera ouvert avec le hashtag #DigHist13. N’hésitez pas à y poster vos questions qui seront retransmises aux intervenants.

Présentation :

Cette journée s’inscrit dans le cadre du séminaire transversal du laboratoire Framespa et est organisée avec le soutien de l’IUF, de la MSH-T, de l’URFIST et de l’école doctorale TESC.

Elle s’adresse aux chercheurs comme aux doctorants de toutes les disciplines et pas seule- ment en histoire. L’objet de la journée est de réfléchir sur les nouveaux usages impulsés par le mouvement des Digital Humanities dont la Digital History est l’une des émanations.
Les thématiques de certaines interventions sont communes aux différentes disciplines des SHS- ALL (Pierre Mounier, Sean Takats, Franziska Heimburger) tandis que d’autres concernent spéci- fiquement l’Histoire (Serge Noiret et Jean-Luc Pinol). Mais toutes ont pour ambition de réfléchir sur la structuration de l’information scientifique, notamment dans sa façon de traiter les données toujours plus importantes que récoltent les chercheurs. À cette fin, la journée est articulée en deux parties.
La matinée est consacrée à une réflexion globale sur la place de l’historien dans la cité et sur les contraintes numériques qui modifient son rapport à ses objets d’étude. Dans une seconde partie, il s’agit de présenter les outils qui permettent de digitaliser sources et production scientifique, tout comme les nouvelles façons de travailler ensemble qui en découlent.

Programme :

Introduction : présentation de l’histoire numérique/Digital History

Matin : Digital History, des outils au service de la mémoire

La Digital Public History : histoire et mémoire à la portée de tous ?- Serge Noiret

L’histoire publique numérique (Digital Public History) dans sa version 2.0, a certainement permis de désenclaver la «culture haute» mais avec l’apparition du web 2.0, l’histoire et la mémoire sont à présent la prérogative de tout le monde dans la toile grâce au «crowdsourcing». Le danger aujourd’hui est que les spécialistes ne dominent pas les mutations du numérique en histoire ou que l’on se limite aux usages publics du passé. Sans une prise de conscience qui ne peut passer que par la connaissance des nouveaux instruments, la révolution du numérique éliminera la capacité professionnelle de reconstruire le passé qui deviendra l’apanage des mémoires individuelles et de l’horizon aveugle de chacun. Cette intervention lors du séminaire « Histoire et historiens face aux usages et à l’instrumentalisation du passé », à Toulouse le 13 juin 2013, tentera de comprendre quelles sont les mutations plus significatives de l’histoire 2.0 pour le métier d’historien et quels sont précisément les enjeux épistémologiques posés par le numérique participatif. Elle s’attardera sur les pratiques nouvelles de la Digital Public History, l’histoire désenclavée à la portée de tout le monde qui répond aux profonds besoins identitaires de nos sociétés globalisées.
Why RRCHNM? (Pourquoi le RRCHNM?) – Sean Takats

Pourquoi le RRCHNM (Roy Rosenzweig, the Center for History and New Media ) a-t-il achevé ses grands projets Digital History (et leur soutien financier) malgré le renom médiocre de la George Mason University, où il s’est établi. On discute également les obstacles particuliers qui gênent le lancement des projets numériques et la nécessité de former des partenariats externes.

Hypothèses.org – Pierre Mounier

Après-midi : nouveaux médias pour diffuser la recherche

L’atelier numérique de l’histoire : mettre la « main à la pâte » numérique – Jean-Luc Pinol

Développé à partir d’History Engine, l’atelier numérique de l’histoire est un ensemble l’outils collaboratifs pour l’enseignement et la recherche en histoire.
Dans sa version actuelle, cet ensemble permet de « mette la main à la pâte » (numérique). Les utilisateurs déposent une production fondée sur un commentaire de document qui est également déposé dans l’atelier, ils doivent gérer tags, géolocalisation et bibliographie. Le responsable du cours publie ou suggère des modifications de la production. Les productions portent sur l’espace de la France métropolitaine depuis l’an mille.
Une fois publiées les productions sont moissonnées par ISIDORE et constituent des publications accessibles via le Web.
Veiller, communiquer, gérer – une bibliographie collaborative avec Zotero pour la First World War Studies Society- Franziska Heimburger

Les outils numériques changent nos pratiques bibliographiques et nos habitudes de veille scientifique. La First World War Studies Society (société savante regroupant 350 chercheurs dans le monde entier) s’est doté en 2012 d’une bibliographie collective qui tâche à la fois d’être un outil de référence en permanence à jour des publications dans ce champ particulièrement dynamique et de servir d’instrument de veille pour la communauté internationale des chercheurs qui s’intéressent à la période et qui ne peuvent pas surveiller les publications dans plusieurs pays. Cette communication reviendra sur les choix d’outils pour sa mise en place et donnera un premier bilan du fonctionnement au bout d’un an d’activité pleine.

La source, son historien et l’édition numérique : le paradoxe du navigateur à papier ? – Marion Lamé

Parce qu’elle porte en elle des manifestations des langages humains, à la fois écrits et non écrits, l’inscription, objet d’étude de l’épigraphie, est une source de laquelle surgissent des défis informatiques et qui invite à réaliser des investigations méthodologiques innovantes en humanités numériques. Entendue ici comme un dispositif de communication dans lequel l’écriture a une fonction sociale bien spécifique, questionnée à travers le prisme des sciences de la communication et mise à l’épreuve des techniques et technologies informatiques, l’inscription révèle la complémentarité des instruments propre au système du papier et de ceux propres au système numérique pour transmettre, sous des formes multiples, les informations d’un passé dont l’inscription est la trace. Pourquoi et comment chercher à maintenir le lien cardinal entre l’écrit et le dispositif épigraphique, lien dont on démontre que la rupture est due à l’édition sur papier ? Comment reconstituer la complexité multidimensionnelle de la situation épigraphique ? C’est en tentant de répondre à ces questions, de manière expérimentale, qu’il nous est apparu que l’édition numérique de source primaire positionne l’historien au coeur d’un processus définitoire – qu’est-ce qu’une inscription ? – dont dépendent la problématique de numérisation et les actes de numérisation qui seront alors mis en place.

http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/thematiques/fronteras/seminaire-transversal-international-l-histoire-numerique-digital-history-239893.kjsp?RH=1300694574999

 

 

Déposer des publications sur HAL

L’Université Toulouse 2 – Le Mirail possède un portail sur HAL

Le Conseil Scientifique de l’Université Toulouse 2 – Le Mirail a choisi de doter l’établissement d’un portail institutionnel sur la plateforme d’archive ouverte HAL, pour diffuser et consulter la production scientifique de ses chercheur-e-s et enseignant-e-s-chercheur-e-s

Ce portail vise à faciliter l’accès à la production scientifique de l’Université Toulouse 2 – Le Mirail et à valoriser ses activités de recherche

Nous vous invitons à vous rendre sur le portail de HAL-UTM pour y déposer vos travaux : http://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/

Vous trouverez tous les détails nécessaires pour vous aider à déposer vos productions scientifiques sur cette plateforme sur la plaquette réalisée par Stéphanie Delaguette, Françoise Gouzi et Émilie Massotte

17ème édition du salon La Mêlée Numérique à Toulouse

L’Homo Numericus est là !

5 & 6 juin 2013 à Toulouse – Diagora, Labège

Retrouvez la 17ème édition du salon La Mêlée Numérique à Toulouse. Organisée par l’association La Mêlée et placée sous la haut-patronage de Mme la Ministre Fleur Pellerin, la Mêlée Numérique est la rencontre TIC incontournable en France, et l’événement référence pour le rayonnement de l’innovation et du numérique de la région Midi-Pyrénées.

Thématiques :

  • Ville connectée
  • Open société
  • Marketing digital
  • Innovation & co-révolution
  • Systèmes d’information
  • Trophées de l’économie numérique

Inscription (inscription nécessaire, mais entrée libre)

Débat-conférence sur la propriété intellectuelle le 4 juin à Paris

L’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC) organise ce mardi 4 juin (16h30 – 18h30) un débat-conférence autour du livre  Propriété intellectuelle. Géopolitique et mondialisation de Mélanie Dulong de Rosnay et Hervé Le Crosnier.

Présentation des organisateurs :

Quand la mondialisation devient « société de la connaissance », la propriété intellectuelle s’installe au cœur de toutes les activités. De l’agriculture à la production culturelle, en passant par la concurrence industrielle et la recherche universitaire et médicale, tout débat social, culturel ou économique rencontre dorénavant la propriété intellectuelle.

L’extension croissante des droits d’auteur et des brevets tend à réduire le domaine public, les communs de la connaissance et le partage des savoirs. Les changements techniques et les rapports de force mondiaux modifient profondément l’approche du droit et les pratiques des acteurs, individus, communautés ou entreprises.

On ne peut plus penser la propriété intellectuelle indépendamment des relations géopolitiques et de la prise en compte des effets de la mondialisation.

Plus d’informations : http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1789

Retrouvez ici tous les tweets relatifs à cette conférence (Storify)

(Nous publierons très prochainement sur le présent carnet de recherche une recension de cette ouvrage)

 

Diffusion de la journée en direct

Mise à jour du 28 mai : malheureusement des problèmes techniques nous empêchent de diffuser la journée en direct. La journée sera toutefois filmée et diffusée sur Canal U en différé.

Nous attendons vos questions et commentaires sur Twitter (#DHUTM13) : nous transmettrons vos questions aux intervenants et à la salle !

 

 

Pour celles et ceux qui ne pourront pas assister à nos discussions mais qui souhaitent néanmoins interagir avec les intervenants (notamment à travers le hashtag #DHUTM13), la journée d’étude sera filmée et diffusée en direct.

La vidéo sera accessible tout au long de la journée à travers le lien suivant : http://videos.univ-tlse2.fr/livestream/dhutm/

A l’issue de la journée, les enregistrements seront versés sur le carnet de recherche, pour une consultation en différé.

 

Ouverture d’un Master Infocom sur les Biens Communs numériques à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

En 2013-2014, le Master Recherche en sciences de l’information et de la communication de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense consacrera l’un de ses axes à la question des Bien communs numériques.

Première formation universitaire à mettre en avant cette problématique, cette nouvelle filière, coordonée par Louis Merzeau et Michel Arnaud vise à donner une assise théorique et scientifique aux actions et discussions actuellement menées autour de la question des biens communs.

Elle fournira un cadre novateur aux jeunes chercheurs soucieux d’observer les pratiques, les dispositifs et les stratégies, mais aussi d’intervenir sur l’environnement informationnel de demain.

Outre ses interactions avec le collectif SavoirsCom1, ce Master bénéficiera également d’un partenariat avec le Master Architecture de l’information dirigé par Jean-Michel Salaün à l’ENS de Lyon et le Master Métiers du Livre de Saint-Cloud.

Plus d’informations lien vers le site de SavoirsCom1

Journée d’études : Chercheurs, éditeurs, professionnels de l’IST… ensemble vers l’open access

Journée d’études le 7 juin 2013 à l’Université de Toulouse 2 – Le Mirail à la Maison de la Recherche en salle D30.

Journée organisée par la Direction en Appui à la Recherche (DAR) et le Service Commun de Documentation (SCD) de l’Université Toulouse 2 – Le Mirail

Contact Françoise Gouzi, UMS 838 DAR gouzi@univ-tlse2.fr, Hugues Samyn, SCD, hugues.samyn@univ-tlse2.fr

Argumentaire et programme de la journée

Publication Histoires et cultures du Libre (Framabook)

Histoires et cultures du Libre ; Des logiciels partagés aux licences échangées, PALOQUE-BERGES Camille et MASUTTI Christophe, Paris, Framabook, mai 2013, 580p. (Licences Creative Commons CC-By) – ISBN : 978-2-9539187-9-3 (25€)

Fruit de la collaboration inédite d’auteurs provenant d’horizons disciplinaires différents, par des approches thématiques et des études de cas, cet ouvrage propose une histoire culturelle du Libre non seulement à travers l’histoire de l’informatique, mais aussi par les représentations sociales, philosophiques, juridiques et économiques qu’a cristallisées le mouvement du logiciel libre jusqu’à nos jours.

A l’aide de multiples clés d’analyse, et sans conception partisane, ce livre dresse un tableau des bouleversements des connaissances et des techniques que ce mouvement a engendrés. Le lecteur saura trouver dans cette approche ambitieuse et prospective autant d’outils pour mieux comprendre les enjeux de l’informatique, des réseaux, des libertés numériques, ainsi que l’impact de leurs trajectoires politiques dans la société d’aujourd’hui.

 

Sommaire :

  • Hervé Le Crosnier, Préface
  • Camille Paloque-Berges et Christophe Masutti, Introduction générale

Partie 1 – (Pré-) histoire

  • Valérie Schafer, Des réseaux ouverts, pour quoi faire ?
  • Christophe Masutti, Ingénieur, hackers : naissance d’une culture
  • Pascal Robert, Esquisse d’une archéologie de l’informatique communicante
  • Christopher Kelty, Sharing source code

Partie 2 – Economie du Libre

  • Stépahne Ribas, Patrick Guillaud, Stéphane Ubéda, Les modèles économiques du logiciel libre et leur évolution
  • Nicolas Jullien et Jean-Benoît Zimmermann, Le logicie libre : un renouveau du modèle industriel coopératif de l’informatique
  • Pierre-Amiel Giraud, Les RMLL, haut lieu mobile du libre francophone

Partie 3 – Trajectoire du Libre

  • Damieu Djaouti, Influence du Libre dans l’histoire du jeu vidéo
  • Thibaud Hulin, Brève histoire de l’identité visuelle du Libre
  • Sébastien Broca, Free Software et open source : utopie et idéologie

Partie 4 – Licences libres

  • Benjamin Jean, L’évolution des licences libres et open source : critères, finalités et complétude ?
  • Primavera de Filippi et Isabelle Ramade, Libre choix ou choix du libre ?

Partie 5 – Études de cas

  • Robert Viseur, Mozilla : histoire d’une libération
  • Séverine Giordan, Pure data, logiciel libre de production créatives
  • Adrienne Alix, Wikipédia et le monde libre
  • Jonathan Chibois, Du logiciel libre pour l’Assemblée Nationale
  • Alexandre Hocquet, RTFM ! La chimie computationelle : une communauté scientifique loin du libre

Partie 6 – Témoignages : Libre et institutions

  • Gérard Giraudon, Un point d’histoire de la stratégie d’INRIA sur l’open source
  • Jean-Luc Archimbaud, La place du logiciel libre au CNRS

Textes complémentaires

  • François Élie, Des trois communautés aux forges de demain
  • Jean-Pierre Archambault, Le libre dans l’Éducation nationale

 

(Après la journée d’études du 28 mai, nous essayerons de publier sur ce blog une recension de cet ouvrage)

Abstract de l’intervention de Françoise Gouzi :  » Valoriser vos travaux scientifiques : l’archive ouverte pluridisciplinaire HAL « 

Le mouvement du Libre Accès est né dans un contexte d’explosion des nouveaux supports électroniques liés au web, de crise du système traditionnel des revues scientifiques et d’accroissement du nombre de journaux et articles produits. Les bibliothécaires ont joué un rôle majeur dans ce mouvement, en alertant le corps des enseignants sur la crise provoquée par la croissance du coût des abonnements aux revues savantes. Ainsi, dans un esprit ouvert à la connaissance pour tous (auteurs et lecteurs), le Libres Accès s’est développé au travers de deux stratégie complémentaires (initiative de Budapest 2002) : l’auto-archivage dans des réservoirs dédiés (archives ouvertes) pour une communication scientifique directe et la publication dans des revues électroniques en libre accès. Nous présenterons l’archive ouverte nationale HAL avec ses fonctionnalités et principaux enjeux pour les chercheurs et doctorants : comment déposer un article (métadonnées et référencement), quels documents déposer (articles, thèses…), diffuser ma liste de publication via HAL, augmenter ma visibilité locale (laboratoire) et internationale. Nous tenterons enfin d’apporter des réponses claires et outils pratiques concernant les questions relatives aux droits d’auteurs et à la position des éditeurs en matière d’auto-archivage.

Programme de la journée d’études :  Les Digital Humanities : Un renouvellement des questionnements et des pratiques en SHS-ALL ?

Françoise Gouzi : est Ingénieur d’études à l’Université Toulouse 2 – Le Mirail depuis 2009, chargée d’Information Scientifique & Technique (IST). D’abord chargée de valorisation et diffusion de la Recherche en SHS sur les Amériques, elle devient coordinatrice du portail HAL de l’Université (2011) avec pour mission d’inciter les chercheurs, dans les laboratoires, à déposer leurs publications en archives ouvertes. Correspondante IST de l’InSHS (CNRS) pour UMS 838 (Direction en Appui à la Recherche), elle communique, oriente et accompagne divers acteurs de l’université (enseignants-chercheurs/étudiants, éditeurs, bibliothécaires) sur les principales évolutions liées à l’IST : libres accès et archives ouvertes, diffusion et édition électronique, évaluation de la Recherche et plus particulièrement, qualité éditoriale des revues scientifique. Elle dispense des formations en information-documentation dans le cadre des Etudes Doctorales et du département Info-Com de l’IUT A (Toulouse 3). Membre des réseaux CorIST (InSHS), ADBS, Latindex (Mexique) et Redial (Réseau européen de documentation sur l’Amérique latine).

http://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/

http://openarchiv.hypotheses.org/

 

Abstract de l’intervention de Philippe Aigrain :  » Comment articuler l’économie et les communs numériques dans les humanités ? « 

Même si l’on considère un champ très large pour les humanités, incluant par exemple la littérature et les sciences sociales, l’essentiel des pratiques qui y contribuent sont non marchandes, déconnectées des transactions monétaires et financées indirectement par des statuts, activités, subventions ou revenus. Cependant, certaines fonctions essentielles de numérisation, éditoriales, de distribution, d’intermédiation, de collecte et d’exploitation des données font l’objet d’activités marchandes. L’intervention analysera les défis de l’articulation entre les communs du savoir et la soutenabilité économique des fonctions à valeur ajoutée. On analysera la portée de différents modèles de financement ou de commerce, en prenant comme exemple la numérisation du domaine public, l’édition de monographies de sciences sociales et humaines en accès libre, l’édition littéraire contemporaine ou l’innovation pour les outils techniques.
Programme de la journée d’études : Les Digital Humanities : Un renouvellement des questionnements et des pratiques en SHS-ALL ?

 

 Philippe Aigrain est informaticien et essayiste. Il dirige Sopinspace une société qui développe des logiciels libres et fournit des services pour la collaboration en ligne, notamment pour l’annotation collaborative des textes. Il est l’un des fondateurs de La Quadrature du Net. Il est l’auteur de plusieurs livres dont le dernier est Sharing Culture and the Economy in the internet Age, Amsterdam Univ. Press, 2012 et le rédaction principal des Éléments pour la réforme du droit d’auteur et des politiques culturelles liées

 

 

 

Abstract de l’intervention de Lionel Maurel :  » Digital Humanities, Propritété intellectuelle et Bien Commun de la Connaissance « 

Le Manifeste des Digital Humanities affirme un engagement en faveur de « l’accès libre aux données et aux métadonnées », ainsi qu’une volonté d’œuvrer pour « la diffusion, à la circulation et au libre enrichissement des méthodes, du code, des formats et des résultats de la recherche ». Pour autant, la production du savoir par les communautés scientifiques en SHS-ALL s’inscrit dans un arrière-plan juridique qui saisit les connaissances à travers le prisme de la propriété intellectuelle. Cours, articles, ouvrages, images relèvent du droit d’auteur ; données de recherche et métadonnées relèvent du droit des bases de données et du régime des informations publiques. L’activité de recherche elle-même s’inscrit dans le cadre juridiquement contraint d’exceptions au droit d’auteur, conçues de manière restrictives en France. Des mouvements comme ceux de l’Open Access ou l’Open Data permettraient de mettre en œuvre les idéaux de partage et de diffusion des savoirs qui sont au cœur des Digital Humanities. Mais l’Open Access a toujours eu plus de difficultés à se développer dans le domaine des SHS que dans celui des sciences dures. L’Open Data en matière de données scientifiques tarde par ailleurs à produire des résultats concrets. Et les tensions autour de la question du plagiat et du « pillage » des résultats de recherche révèlent des rapports complexes et parfois ambigus entre les chercheurs et la propriété intellectuelle.

Face à ces obstacles, ne peut-on pas rapprocher les idéaux des Digital Humanities avec la problématique plus large des Biens Communs de la Connaissance ? Une telle convergence peut-elle permettre de dépasser ce que James Boyle a appelé le « Second Mouvement des Enclosures » qui a profondément modifié le statut de la connaissance ? Au-delà des réformes juridiques et institutionnelles, un tel effort passe sans doute avant tout par une nouvelle éthique de la recherche.

 Programme de la journée d’études : Les Digital Humanities : Un renouvellement des questionnements et des pratiques en SHS-ALL ?

Lionel Maurel est juriste et bibliothécaire. Conservateur à la BDIC, il est l’auteur du blog S.I.Lex et co-fondateur du collectif SavoirsCom1.

Abstract de l’intervention d’Eric Ferrante :  » Les Digital Humanities dans l’enseignement : diversité des approches « 

Dans cette intervention nous ausculterons le rapport entre enseignement et Digital Humanities en tentant de répondre à une série de questions qui peuvent être résumées en trois grandes questions : pourquoi enseigner les Digital Humanities ? Quoi enseigner ? Et comme les enseigner ? Nous chercherons les réponses par l’exemple et en se référant à une étude réalisée par Tanya Clement, professeur assistant à l’Université du Texas à Austin. Nous verrons qu’il y a une grande variété d’approches possibles et qu’un modèle d’enseignement des Digital Humanities semble difficile à faire émerger. D’ailleurs, encore une question, les Digital Humanities sont-elles une discipline en soi, ou plutôt une « transdiscipline » susceptible d’être enseignée en tant que telle dans des cursus diplômant ? Nous verrons que le contexte joue beaucoup, et que malheureusement les universités SHS-ALL françaises n’ont pas encore bien structurellement intégré le numérique, ni même bien apprécié son poids culturel.

Programme de la journée d’études : Les Digital Humanities : Un renouvellement des questionnements et des pratiques en SHS-ALL ?

Eric Ferrante est ingénieur en technologie de la formation au sein de l’Atelier de Développement Internet et Multimédia (ADIM) de l’Université Toulouse 2 – Le Mirail.