Archives de l’auteur : Etienne Février

Pouhiou : l’interview 2/2 – L’écriture numérique

Chose promise, chose due : voici la seconde partie de l’interview de Pouhiou.
Pour ceux qui prendraient le train en marche, vous pouvez lire la première partie (publiée en juillet), qui s’articulait autour de la problématique du libre et du bien commun.
Dans la seconde partie, que nous publions ci-dessous, Pouhiou répond à nos questions concernant les liens qu’il tisse entre l’écriture et l’environnement numérique.
prof-pouhiou
Agathe, Etienne, Marc (AEM) : Le poète Yves Bonnefoy a une formulation intéressante au sujet de l’écriture littéraire : « la langue n’est pas vouée seulement à décrire des apparences, mais à nous tourner vers autrui pour fonder avec lui un lieu et décider de son sens. » (Bonnefoy, Entretiens sur la poésie). Il nous semble que ton usage des outils numériques contemporains (pour créer et diffuser ton œuvre) vise, entre autres, à réaliser ce projet. Pourrais-tu nous en dire plus sur les dispositifs que tu mets en place et qui visent à « fonder un lieu » en commun avec tes lecteurs ?
Pouhiou (P) : Cela commence simplement par la conception du blog. Le fait de réserver un jour par semaine, le vendredi, pour ouvrir le dialogue sur l’écriture du roman sans le moindre tabou. A un moment, je me suis senti un peu déçu de voir que très peu de monde utilisait les commentaires du blog pour échanger… Mais j’ai réalisé qu’en réalité, c’est via les réseaux sociaux qu’on me contactait. Les gens préféraient une relation en tête à tête plutôt que d’être perdus dans la masse des commentateurs !
Cette forme a influencé le fond, puisqu’on lit une cavale bloguée par Enguerrand, le narrateur de #Smartarded. Un narrateur qui tutoie le lecteur dans des adresses directes où qui assène que « Ceci n’est pas une histoire vraie. » Et voilà que ce fond a influencé la forme de ma communication avec le lectorat. Je me suis mis à le tutoyer (à l’instar de mon narrateur), puis à jouer avec lui via les réseaux sociaux, en créant des déclarations complices à poster sur son profil.
Ce jeu perpétuel avec le regard du lecteur, cette façon de briser le quatrième mur en l’exposant, c’est un des choses qui a permis d’ancrer ce récit dans les imaginaires et de faire revenir les gens sur le blog.
(AEM) : Quand nous avons lu le Livre 1 de #Smartarded, nous avons été intéressés par la manière dont tu intégrais certains éléments tirés de ce qu’on pourrait appeler la « culture numérique » contemporaine à ton style d’écriture. Nous pensons par exemple à ton usage des hashtags, des dialogues en style SMS, ou de certaines références (comme le calque d’un logiciel de traitement d’image bien connu dans la citation suivante : « Faut vraiment que je coupe la visualisation. […] Décocher le calque « monde des idées » » #Smartarded 1, p. 19). Que vises-tu à travers cet usage ? Est-ce une volonté de dialoguer avec cette nouvelle culture contemporaine, qui se réinvente en permanence ?
(P) : Il n’y a pas de visée réelle, pas de velléité au moment où ça s’écrit. Il y a des intuitions qui tiennent parfois de l’évidence, mais qui sont rarement explicites. Toute analyse est donc a posteriori. Ceci étant dit, chaque culture avec ses codes, son jargon, ses syntaxes, etc… est pour moi un nouveau terrain de jeu. Une façon d’expérimenter. Là, j’avais des personnages geeks, jeunistes, ancrés dans cette contemporanéité : j’allais pas me gêner ! Il est vrai aussi que je baigne dans cette culture, et que (sans forcément vouloir dialoguer avec elle) j’avais envie de pouvoir m’exprimer comme ça me vient.
Mais on retrouve aussi dans les NoéNautes des Québécismes (j’adore cette langue !) et des vocables dont j’usais quand je faisais du théâtre de rue médiéval…
(AEM) : La Noosphère est un concept inventé par le jésuite et scientifique Teilhard de Chardin, est-ce que pour toi, l’immatérialité (apparente et supposée) de l’internet renvoie à une forme (nouvelle ?) de spiritualité ? Nous pensons notamment à un article très intéressant de Rémi Sussan sur InternetActu « Méditation 2.0 ? » ou encore à l’ouvrage fondateur de Fred Turner aux sources de l’utopie numérique.
(P) : Je crois que cette dématérialisation des productions de la pensée, et donc leur (sur-)abondance, nous permet surtout de découvrir plus avant les mécanismes de l’humain. Avant la Noosphère de Theihard de Chardin, il y eut la Noétie d’Aristote (qui donne leur nom aux « Noé-Nautes »). Aujourd’hui, l’extelligence est une notion très utile qui semble en filiation directe (même si éloignée) avec ces théories-là. Car on arrive au moment où une grande partie de nos cultures, des biens communs de nos connaissances, de nos « savoirs communs » sont accessibles. On peut donc se comparer, s’observer et se remettre en question à une échelle inouïe… Tout en voyant ces données pour ce qu’elles sont : rien que des informations. Des histoires…
C’est pour cela que j’ai choisi cet élément fantastique de la télépathie. Je voulais des héros qui puissent hacker nos esprits, qui ne se laissent pas trop berner par l’intellect et donc qui vont chercher ailleurs. Alors certes, le « Tout n’est qu’histoires » d’Enguerrand résonne un peu comme le « tout est illusion » bouddhiste. Pourtant il me vient surtout de romanciers trash comme Chuck Palahniuk ou brillament drôles comme Terry Pratchett… Mais les réflexions que cela soulève font forcément vibrer des cordes métaphysiques voire mystiques…
(AEM) : Pour en revenir au hashtag : en utilisant un élément qui est utilisé par des millions de personnes, souhaites-tu rapprocher ton oeuvre d’un usage quotidien de la langue, ou souhaites-tu au contraire transformer un élément quotidien (le hashtag) en quelque chose d’artistique ?
(P) : Le hashtag m’intéressait parce qu’il offrait quelque chose que le français permet peu : l’expressionnisme. On balance rarement des mots comme ça : #froid. #frustration. #ouch. J’ai pris conscience de combien le français nous oblige à contextualiser en étudiant le japonais, langue très évocatrice. Alors je n’ai jamais eu besoin de twitter pour faire des phrases nominales, mais j’y ai saisi une opportunité. Car en effet, cela permet d’expérimenter des choses en se planquant derrière une mode.
Depuis, j’essaie d’utiliser les hashtag de manière différente pour chaque roman des NoéNautes… Car à chaque fois le narrateur diffère, et avec lui sa vision de twitter et de ses codes… Tant que cela reste amusant, je continuerai.
(AEM) : Est-ce que tu as pensé, en utilisant le hashtag, aux onomatopées qu’on trouve en Bande Dessinée et qui sont très graphiques ?
(P) : Pas au début. Mais plus je les ai utilisés, et plus il y a eu cet effet onomatopée. Sachant que, même si petit j’ai baigné dans la BD franco-belge, je suis plus issu de la culture du manga. Où l’onomatopée devient nom à part entière, et où le mot se glisse dans un costume d’onomatopée avec aisance (typiquement le « shi——n »‘ très graphique et très sonore pour exprimer le « silence »).
J’ai des souvenirs très vifs de moment où j’écrivais des scènes des NoéNautes, où j’entendais des émotions et des pensées comme des sons, et où il m’a fallu les transcrire… J’aurais pu mettre le rendu -forcément étrange- directement par écrit, sans petit croisillon twitteresque. Mais l’avantage du hashtag, c’est qu’il est déjà étrange, à part dans la phrase. Il y a déjà mise à l’index par rapport au reste du texte. C’est donc un espace où j’ai le droit d’être expérimental, bizarre, non-sensesque. En cela, le choix d’édition de Framasoft de les mettre sans serif (quand le reste est dans une typographie avec serif) est un bien bel apport : on balise ces moments d’expression brute, primaire.
(AEM) : Tu as utilisé le format du blog pour recréer les conditions d’une écriture sous contrainte (tu devais publier ton texte chaque jour à 17h28). En quoi cet impératif de publication a-t-il influencé ton écriture ?
(P) : D’une part il y a le formatage impliqué par le blog. Car Enguerrand est un personnage qui connait les règles du webredactionnel et les applique. Des phrases courtes, des paragraphes intègres, rythmés par des paragraphes-dialogues ou des paragraphes-citations… Toutes ces techniques m’étaient un jeu d’écriture en plus.
L’impératif de publication, lui, m’a tenu à un formidable laisser-aller. Je devais trouver la première phrase et suivre l’improvisation. Si à un moment j’étais pas d’accord, l’écriture se bloquait. Et le compteur tournait. L’heure fatidique se rapprochait. J’ai donc dû faire confiance à l’histoire pour se tisser d’elle-même, ce qu’elle a joliment réussi. Avec le recul, je crois que cette contrainte de temps m’a permis d’arriver au plus vite à cet état où les personnages prennent en main le récit et où la narration s’occupe d’elle-même, me laissant scribe avisé. De temps en temps, je repérais une ellipse, genre « tiens, on sait pas ce qu’il a fait LÀ, on pourra s’en servir pour créer la surprise plus tard… » ou bien je faisais le point des nœuds narratifs en cours, et du temps qu’il restait pour les dénouer… Mais je suis très vite devenu l’assistant au service du roman… ce qui est la place la plus confortable, en fait !
(AEM) : Une question concernant la réécriture à l’ère du numérique : as-tu réécrit certains passages postés sur ton blog, au contact des réactions de tes lecteurs, ou bien t’es-tu fixé comme règle de ne pas revenir sur un texte une fois qu’il a été publié en ligne ? D’autre part, y a-t-il une différence entre les textes publiés sur ton blog et leur édition définitive sous forme de livre (électronique et papier) ?
(P) : Avant de poster sur le blog, il y avait trois relectures. Une première lors du passage du correcteur orthographique, une deuxième lors de la mise en ligne et une troisième en vérifiant la mise en page. Logiquement, toute question concernant la cohérence ou la pertinence du texte était déjà éludée. Du coup, à part des corrections mineures, je ne suis pas revenu sur le texte publié. Par contre, les lecteurs m’ont influencé de plusieurs manières. Sur #Smartarded, après la publication d’un gros suspense (juste avant le week-end), j’ai lu quelques théories des lecteurs… Et j’ai compris qu’un élément qui pour moi était évident ne l’était pas pour eux. Du coup, ça a modifié comment je voyais la suite… j’ai profité et entretenu cette ambiguïté sur deux épisodes, et cela fit prendre une belle direction à mon personnage !
L’édition avec Framasoft, quant à elle, permet de prendre du recul sur un marathon de quatre mois d’écriture. C’est là que naissent les notes de bas de page (parfois inspirées de commentaires sur et hors le blog). C’est aussi là que j’écris les addenda, à partir des discussions entamées dans les bonus du vendredi. De plus, le retour de l’équipe d’édition m’est précieux, et a permis des modifications peu spectaculaires, mais majeures. Par exemple, le prénom d’un des personnages de #Smartarded est passé de Audrey sur le blog à Vérand’a dans le livre. Or ce changement n’était acceptable que s’il était assumé… ce qui a donné droit à de biens belles justifications lorsque j’ai blogué le livre II…
(AEM) : Quels sont tes projets pour l’avenir, proche ou lointain ?
(P) : Participer à des rencontres, et distribuer des exemplaires papier de #Smartarded rendus gratuits par la générosité des fans. Très vite je serai aux RMLL (Rencontres Mondiales du Logiciel Libre), mais j’espère surtout faire la tournée des Villes en Biens Communs du 6 au 20 octobre prochain.
J’ai aussi très envie de voir les NoéNautes prendre vie sous d’autres formats. Le « livre-audio » est pour l’instant au point mort, mais ce projet (ou d’autres) pourraient poindre au petit jour…
Là je suis en train d’écrire un roman/pièce de théâtre très étrange (voire quantique) mais qui me détend beaucoup, et j’aimerais écrire la troisième comédie de mon triptyque (entamé avec Tocante et AndroGame, des pièces de théâtre disponibles en CC0 sur http://pouhiou.com ) avant que de retourner aux NoéNautes. Le souci, c’est que le livre III frappe déjà à ma porte, et qu’il risque de me tirailler bientôt… M’enfin, on verra bien !
Ah, et sinon, quand le boulot et l’écriture m’en laissent le temps, j’essaie d’avoir une vie sociale. Mais il parait qu’aujourd’hui, c’est surfait ^^…

L’histoire numérique / Digital History (13 juin 2013 – Université Toulouse 2)

Séminaire transversal international : L’histoire numérique / Digital History

organisé à l’Université Toulouse 2, le 13 juin 2013
9h-18h

aff poublanc.jpg
La journée d’étude sera disponible en direct “urbi et orbi”  (et les replay le soir même normalement) :  http://videos.univ-tlse2.fr/livestream/dighist13/
Un fil de discussion tweeter sera ouvert avec le hashtag #DigHist13. N’hésitez pas à y poster vos questions qui seront retransmises aux intervenants.

Présentation :

Cette journée s’inscrit dans le cadre du séminaire transversal du laboratoire Framespa et est organisée avec le soutien de l’IUF, de la MSH-T, de l’URFIST et de l’école doctorale TESC.

Elle s’adresse aux chercheurs comme aux doctorants de toutes les disciplines et pas seule- ment en histoire. L’objet de la journée est de réfléchir sur les nouveaux usages impulsés par le mouvement des Digital Humanities dont la Digital History est l’une des émanations.
Les thématiques de certaines interventions sont communes aux différentes disciplines des SHS- ALL (Pierre Mounier, Sean Takats, Franziska Heimburger) tandis que d’autres concernent spéci- fiquement l’Histoire (Serge Noiret et Jean-Luc Pinol). Mais toutes ont pour ambition de réfléchir sur la structuration de l’information scientifique, notamment dans sa façon de traiter les données toujours plus importantes que récoltent les chercheurs. À cette fin, la journée est articulée en deux parties.
La matinée est consacrée à une réflexion globale sur la place de l’historien dans la cité et sur les contraintes numériques qui modifient son rapport à ses objets d’étude. Dans une seconde partie, il s’agit de présenter les outils qui permettent de digitaliser sources et production scientifique, tout comme les nouvelles façons de travailler ensemble qui en découlent.

Programme :

Introduction : présentation de l’histoire numérique/Digital History

Matin : Digital History, des outils au service de la mémoire

La Digital Public History : histoire et mémoire à la portée de tous ?- Serge Noiret

L’histoire publique numérique (Digital Public History) dans sa version 2.0, a certainement permis de désenclaver la «culture haute» mais avec l’apparition du web 2.0, l’histoire et la mémoire sont à présent la prérogative de tout le monde dans la toile grâce au «crowdsourcing». Le danger aujourd’hui est que les spécialistes ne dominent pas les mutations du numérique en histoire ou que l’on se limite aux usages publics du passé. Sans une prise de conscience qui ne peut passer que par la connaissance des nouveaux instruments, la révolution du numérique éliminera la capacité professionnelle de reconstruire le passé qui deviendra l’apanage des mémoires individuelles et de l’horizon aveugle de chacun. Cette intervention lors du séminaire « Histoire et historiens face aux usages et à l’instrumentalisation du passé », à Toulouse le 13 juin 2013, tentera de comprendre quelles sont les mutations plus significatives de l’histoire 2.0 pour le métier d’historien et quels sont précisément les enjeux épistémologiques posés par le numérique participatif. Elle s’attardera sur les pratiques nouvelles de la Digital Public History, l’histoire désenclavée à la portée de tout le monde qui répond aux profonds besoins identitaires de nos sociétés globalisées.
Why RRCHNM? (Pourquoi le RRCHNM?) – Sean Takats

Pourquoi le RRCHNM (Roy Rosenzweig, the Center for History and New Media ) a-t-il achevé ses grands projets Digital History (et leur soutien financier) malgré le renom médiocre de la George Mason University, où il s’est établi. On discute également les obstacles particuliers qui gênent le lancement des projets numériques et la nécessité de former des partenariats externes.

Hypothèses.org – Pierre Mounier

Après-midi : nouveaux médias pour diffuser la recherche

L’atelier numérique de l’histoire : mettre la « main à la pâte » numérique – Jean-Luc Pinol

Développé à partir d’History Engine, l’atelier numérique de l’histoire est un ensemble l’outils collaboratifs pour l’enseignement et la recherche en histoire.
Dans sa version actuelle, cet ensemble permet de « mette la main à la pâte » (numérique). Les utilisateurs déposent une production fondée sur un commentaire de document qui est également déposé dans l’atelier, ils doivent gérer tags, géolocalisation et bibliographie. Le responsable du cours publie ou suggère des modifications de la production. Les productions portent sur l’espace de la France métropolitaine depuis l’an mille.
Une fois publiées les productions sont moissonnées par ISIDORE et constituent des publications accessibles via le Web.
Veiller, communiquer, gérer – une bibliographie collaborative avec Zotero pour la First World War Studies Society- Franziska Heimburger

Les outils numériques changent nos pratiques bibliographiques et nos habitudes de veille scientifique. La First World War Studies Society (société savante regroupant 350 chercheurs dans le monde entier) s’est doté en 2012 d’une bibliographie collective qui tâche à la fois d’être un outil de référence en permanence à jour des publications dans ce champ particulièrement dynamique et de servir d’instrument de veille pour la communauté internationale des chercheurs qui s’intéressent à la période et qui ne peuvent pas surveiller les publications dans plusieurs pays. Cette communication reviendra sur les choix d’outils pour sa mise en place et donnera un premier bilan du fonctionnement au bout d’un an d’activité pleine.

La source, son historien et l’édition numérique : le paradoxe du navigateur à papier ? – Marion Lamé

Parce qu’elle porte en elle des manifestations des langages humains, à la fois écrits et non écrits, l’inscription, objet d’étude de l’épigraphie, est une source de laquelle surgissent des défis informatiques et qui invite à réaliser des investigations méthodologiques innovantes en humanités numériques. Entendue ici comme un dispositif de communication dans lequel l’écriture a une fonction sociale bien spécifique, questionnée à travers le prisme des sciences de la communication et mise à l’épreuve des techniques et technologies informatiques, l’inscription révèle la complémentarité des instruments propre au système du papier et de ceux propres au système numérique pour transmettre, sous des formes multiples, les informations d’un passé dont l’inscription est la trace. Pourquoi et comment chercher à maintenir le lien cardinal entre l’écrit et le dispositif épigraphique, lien dont on démontre que la rupture est due à l’édition sur papier ? Comment reconstituer la complexité multidimensionnelle de la situation épigraphique ? C’est en tentant de répondre à ces questions, de manière expérimentale, qu’il nous est apparu que l’édition numérique de source primaire positionne l’historien au coeur d’un processus définitoire – qu’est-ce qu’une inscription ? – dont dépendent la problématique de numérisation et les actes de numérisation qui seront alors mis en place.

http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/thematiques/fronteras/seminaire-transversal-international-l-histoire-numerique-digital-history-239893.kjsp?RH=1300694574999

 

 

Débat-conférence sur la propriété intellectuelle le 4 juin à Paris

L’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC) organise ce mardi 4 juin (16h30 – 18h30) un débat-conférence autour du livre  Propriété intellectuelle. Géopolitique et mondialisation de Mélanie Dulong de Rosnay et Hervé Le Crosnier.

Présentation des organisateurs :

Quand la mondialisation devient « société de la connaissance », la propriété intellectuelle s’installe au cœur de toutes les activités. De l’agriculture à la production culturelle, en passant par la concurrence industrielle et la recherche universitaire et médicale, tout débat social, culturel ou économique rencontre dorénavant la propriété intellectuelle.

L’extension croissante des droits d’auteur et des brevets tend à réduire le domaine public, les communs de la connaissance et le partage des savoirs. Les changements techniques et les rapports de force mondiaux modifient profondément l’approche du droit et les pratiques des acteurs, individus, communautés ou entreprises.

On ne peut plus penser la propriété intellectuelle indépendamment des relations géopolitiques et de la prise en compte des effets de la mondialisation.

Plus d’informations : http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1789

Retrouvez ici tous les tweets relatifs à cette conférence (Storify)

(Nous publierons très prochainement sur le présent carnet de recherche une recension de cette ouvrage)

 

Diffusion de la journée en direct

Mise à jour du 28 mai : malheureusement des problèmes techniques nous empêchent de diffuser la journée en direct. La journée sera toutefois filmée et diffusée sur Canal U en différé.

Nous attendons vos questions et commentaires sur Twitter (#DHUTM13) : nous transmettrons vos questions aux intervenants et à la salle !

 

 

Pour celles et ceux qui ne pourront pas assister à nos discussions mais qui souhaitent néanmoins interagir avec les intervenants (notamment à travers le hashtag #DHUTM13), la journée d’étude sera filmée et diffusée en direct.

La vidéo sera accessible tout au long de la journée à travers le lien suivant : http://videos.univ-tlse2.fr/livestream/dhutm/

A l’issue de la journée, les enregistrements seront versés sur le carnet de recherche, pour une consultation en différé.