Abstract de l’intervention de Philippe Aigrain :  » Comment articuler l’économie et les communs numériques dans les humanités ? « 

Même si l’on considère un champ très large pour les humanités, incluant par exemple la littérature et les sciences sociales, l’essentiel des pratiques qui y contribuent sont non marchandes, déconnectées des transactions monétaires et financées indirectement par des statuts, activités, subventions ou revenus. Cependant, certaines fonctions essentielles de numérisation, éditoriales, de distribution, d’intermédiation, de collecte et d’exploitation des données font l’objet d’activités marchandes. L’intervention analysera les défis de l’articulation entre les communs du savoir et la soutenabilité économique des fonctions à valeur ajoutée. On analysera la portée de différents modèles de financement ou de commerce, en prenant comme exemple la numérisation du domaine public, l’édition de monographies de sciences sociales et humaines en accès libre, l’édition littéraire contemporaine ou l’innovation pour les outils techniques.
Programme de la journée d’études : Les Digital Humanities : Un renouvellement des questionnements et des pratiques en SHS-ALL ?

 

 Philippe Aigrain est informaticien et essayiste. Il dirige Sopinspace une société qui développe des logiciels libres et fournit des services pour la collaboration en ligne, notamment pour l’annotation collaborative des textes. Il est l’un des fondateurs de La Quadrature du Net. Il est l’auteur de plusieurs livres dont le dernier est Sharing Culture and the Economy in the internet Age, Amsterdam Univ. Press, 2012 et le rédaction principal des Éléments pour la réforme du droit d’auteur et des politiques culturelles liées

 

 

 


4 réflexions au sujet de « Abstract de l’intervention de Philippe Aigrain :  » Comment articuler l’économie et les communs numériques dans les humanités ? «  »

  1. Laurent Fournier

    Simple question à Philippe.
    Pourquoi considérer qu’il y a seulement d’un coté des biens immatériels que P.A. considère comme faisant partie des communs (auteurs rétribués par une contribution créative hypothétique depuis 10 ans!) et de l’autre des biens matérialisés qui justifieraient d’être dans le domaine marchand à cause de coûts marginaux non nul (justifiant ainsi les GoogleAppleAmazon) ? N’existent-il pas des biens immatériels culturel hors champs de la recherche et qui mériteraient d’être marchandisés directement pour rétribuer leur auteurs (et virer les intermédiaires) selon bien entendu un modèle économique adapté (voir Wikipedia « bien immatériel ») et plus juste que la contribution créative ?

    Répondre
    1. Philippe Aigrain

      Mon résumé n’exclut en rien les activités de marché portant sur des biens immatériels. Je mets effectivement l’accent sur les pratiques et échanges non marchands. Mais ceux-ci ne sont rien incompatibles avec des activités marchandes portant sur ces biens, adossées à ceux-ci ou portant sur des biens dérivés. Malheureusement, l’économisme dominant et les choix de certains acteurs commerciaux ont installé un préjugé selon lequel la circulation libre non marchande serait incompatible avec une valorisation marchande.

      Par contre, j’ai d’autres raisons de défendre que dans un univers numérique, la part du financement des activités de production/création ou éditoriales provenant de la vente de biens numériques, leur location ou la vente de l’attention qui leur est associée diminuera inévitablement par rapport aux sources de financement indirect. Cela est dû à ce que la plupart des analystes négligent de prendre en compte : l’augmentation du nombre de contributeurs et de produits de leurs activités sans augmentation concommitante du temps disponible pour la réception.

      Bien cordialement,

      Philippe AIgrain

      Répondre
      1. Laurent Fournier

        Est ce dire que vous contestez les conclusions de P. Lescure dans son rapport, en particulier la concurrence « déloyale » qu’offrirait une contribution créative avec des formes marchandes d’offre ?
        D’autre part, la saturation de l’attention et la croissance du nombre d’artistes amateur ou pro devrait être en défaveur d’une solution CC car la non transparence des revenus est génératrice d’inégalité et maintient un star-système. Seule la suppression simple des intermédiaires, ce que permet le numérique peut améliorer la rémunération moyenne des artistes, et diminuer les coût de l’offre, sans passer par un pot commun sujet de dérives mafieuses…car l’Art ne s’évalue pas comme la Recherche.

        Répondre
        1. Philippe Aigrain

          Oui, je conteste les conclusions de Pierre Lescure (qui sont d’ailleurs en contradiction avant les analyses développées juste avant dans son propre rapport. Pour la contribution créative :
          – Ce n’est en aucun cas une solution unique, cf. Eléments pour la réforme du droit d’auteur et des politiques culturelles liées (https://www.laquadrature.net/fr/elements-pour-la-reforme-du-droit-dauteur-et-des-politiques-culturelles-liees). Elle n’est aucun cas contradictoire avec la désintermédiation (qui elle-même a ses limites).
          – Mes propositions détaillées (notamment dans Sharing (www.sharing-thebook.com) visent à s’assurer que la répartition soit productrice d’une équité distributive. Tout dispositif est sujet à captation et dérive, mais au moins ai-je posé de façon détaillée les moyens de l’éviter en particulier dans Sharing (www.sharing-thebook.com)

          Je vous propose que nous en restions là de cette importante discussion d’ici les débats de mardi (sachant que les sujets que je vais traiter ne sont pas principalement centrés sur le champ culturel).

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *