Pouhiou : L’interview 1/2 – Auteur/Acteur du libre et du bien commun

En tant que doctorants (ou jeune docteur), nous sommes conscients que les vacances d’été sont souvent consacrées à l’écriture du mémoire de thèse. C’est en effet une période propice car les obligations professionnelles et scientifiques sont relativement réduites, ce qui permet de se consacrer « entièrement » à l’écriture de son « œuvre ». Mais les températures de juillet et d’août mettent parfois à mal les bonnes résolutions prises au printemps. Pour vous donner du baume au cœur, voici donc en exclusivité mondiale l’intèrviou de Pouhiou, docteur en Néonautes et déplacement de pensées. D’ailleurs, c’est peut-être lui ou son personnage réellement inventé, Enguerrand, qui nous a dicté ces questions…

Sa démarche artistique nous a attiré(e)s pour au moins deux raisons :

  • Sa discipline d’écriture imposée par la publication quotidienne sur un blog (tiens tiens, ça me rappelle quelques (bons) souvenirs)
  • Et le fait qu’il publie ses textes sous licence CC0 (tiens tiens, mais on dirait de l’Open Access)

Pour ces raisons (mais aussi parce que son livre nous a plu !…), nous avons décidé de publier cette intèrviou. Voici la première partie : « Auteur/acteur du libre et du bien commun ». La seconde, « L’écriture numérique », sera disponible à la rentrée. D’ici là, nous espérons que vous aurez lu les deux premiers tomes de que ce Pouhiou appelle des romans de gare (mais avec Pouhiou, il faut se méfier des apparences…), car entre deux séances d’écriture, il faut savoir prendre un peu de bon temps et que de toute façon l’été sera pluvieux.

Professeur Pouhiou

Professeur Pouhiou

Agathe, Étienne, Marc (AEM) : Bonjour Pouhiou. Bienvenu sur notre carnet de recherche dédié aux Humanités Numériques. Ta démarche artistique et citoyenne concernant le domaine du libre nous a semblé particulièrement stimulante, et a fait naître chez nous de nombreuses questions. Merci donc d’avoir accepté d’y répondre.

Pouhiou (P) : Merci à vous de m’accueillir, je suis un fieffé bavard !

(AEM) : Tu as fait le choix de placer ton œuvre sous licence Creative Commons 0. Pour les lecteurs qui ne seraient pas familiers de la classification Creative Commons, pourrais-tu rappeler ce que ça donne, concrètement, une oeuvre sous CC0 ?

(P) : Elle permet d’élever une œuvre (ou dans mon cas toutes mes œuvres ^^) dans le Domaine Public Vivant. Du coup, pas besoin d’attendre 70 ans après ma mort pour faire ce que vous voulez des NoéNautes ! Vous pouvez remixer, éditer, traduire, adapter, modifier, étudier, transformer et réutiliser mes histoires comme il vous plaît ! De mon côté, cela correspond à un « copy-out ». Un vœu de non-violence légale. Une façon de dire au monde que quoi que vous fassiez de mes narrations, ce n’est pas avec la loi que je me (ou les) défendrai.

(AEM) : A ce sujet, est-ce qu’à ta connaissance une autre personne s’est emparée d’une partie de ton œuvre pour la réécrire, la remixer, la traduire ?

Pour l’instant très peu. J’ai eu droit à quelques épisodes « apocryphes », dont un de Alex Hamon qui a été publié sur le blog, qui y est un poil introuvable, mais que je déterre pour vous : http://noenaute.fr/fan-art-du-lundi-coussin-berlinois-par-alex-hamon/. Je sais aussi que Antoine de @diffuser.net avait très envie qu’il se passe quelque chose niveau audio, et j’ai eu vent d’un début de projet d’un ami (dont je ne parlerai pas plus vu qu’il s’agit de balbutiements). Pour ma part, j’ai eu très vite très envie de voir les NoéNautes devenir un livre audio. J’avais commencé à faire des enregistrements avec Radio FMR (radio associative toulousaine), mais entre nos emplois du temps, nos vies, etc… ça ne s’est pas poursuivi… jusqu’à ce qu’on s’y remette ou que d’autres s’en emparent ! Enfin, j’ai envie de proposer des ateliers d’écriture collaborative improvisée justement dans le but de faire des épisodes « hors série »… Je vais faire des essais cet été, et proposerai certainement cela durant les rencontres de « Villes en Biens Communs » en octobre prochain.

(AEM) : D’un point du vue du droit, est-ce que cette licence correspond véritablement à verser ton œuvre dans le domaine public ?

(P) : Pas du point de vue du droit français, dont je dépends. Car les licences libres sont en fait des hack, des bidouillages à l’intérieur du droit souverain. Or en France, les « droits moraux » (composante des droits d’auteur) sont imprescriptibles, on ne peut les renier. Ainsi mes droits à la paternité, à la divulgation et à l’intégrité de l’œuvre me sont réservés que je le veuille ou non. Malgré ce, la CC0 permet un effet d’annonce clair : quoi que vous fassiez, quel que soit le degré de trahison que mon égo puisse ressentir, ça ne vaudra jamais le coup qu’on aille engraisser des avocats !

(AEM) : Ce choix juridique/éditorial a-t-il influencé ton écriture ?

(P) : C’est justement l’inverse : c’est mon écriture qui est à l’origine de ce choix juridique ! Mais je vois à la prochaine question que je m’avance… Quoi qu’il en soit, les deux ne cessent de s’influencer. Ainsi, dès que je repère l’origine d’une référence dans le roman, je la souligne : par une remarque d’un personnage, une note de bas de page ou dans les addenda de fin de chapitre… Je ne perds pas une occasion de montrer que l’inspiration (m’)est une grande digestion qui se nourrit de mon domaine public, de mon extelligence.

(AEM) : Comment t’est venue cette démarche ?

(P) : En écrivant. Quotidiennement. En me mettant chaque jour devant l’obligation de narrer, j’ai découvert cet ogre que l’on appelle inspiration. Il peut se nourrir de tout, sans discrimination, mais ne choisit que ce qui lui sied. C’est un animal libre, follement libre, et dès que je tente de le dompter par ma volonté : il me fuit. Page blanche. Quand tu dois écrire 1000 mots chaque jour, tu peux pas te permettre la page blanche. Donc j’ai dû faire ami-ami avec l’ogre, l’apprivoiser. Ainsi j’ai compris que cet ogre m’apporte ce que je veux dès que j’ôte toute barrière… dès que je fais public mon domaine. En même temps, quand j’ai commencé ce défi des NoéNautes (bloguer un roman feuilleton un épisode par jour, du lundi au jeudi, plus un bonus-coulisse le vendredi), je voulais que le lectorat s’en empare, mais je ne savais pas comment. J’avais déjà l’intuition que cette histoire lui appartenait, mais comment ça se traduit, concrètement ? J’imaginais, dans ma naïveté de flemmard, que d’aucuns se mettraient à en assurer la communication, la promotion… La réalité fut bien plus belle : je me suis attelé à ces tâches, cela m’a beaucoup appris, et j’ai compris en communicant avec ces lecteurices qu’illes s’approprient l’histoire en la lisant. Dès lors cela m’a paru comme une évidence : que ce soit dans leur poïétique ou par le pacte du lecteur, mes histoires sont libres par nature, sans condition. Apposer la licence CC0 ne fut que prendre acte de cet état, une façon de formaliser ces intuitions. Cela n’aurait pas été possible sans la lecture du blog de Calimaq, juriste et bibliothécaire dont les articles ont été une source inestimable à mes réflexions.

(AEM) : Connais-tu d’autres artistes qui ont adopté une démarche similaire ?

(P) : C’est justement en voyant les exemples cités par Calimaq sur son blog que j’ai passé le pas. Nina Paley (illustratrice et réalisatrice de films animés) a inventé l’expression « vœu de non-violence légale » en parlant de la licence CC0. La peintre Gwenn Seemel, elle, claironne avec malice que « le droit d’auteur, c’est pour les peureux ». Cory Doctorow, écrivain étasunien, est lui aussi très connu pour son militantisme pour le libre. Un nombre croissant de créateurices comprennent que le droit d’auteur n’est pas ou plus adapté à la culture qui se numérise. J’espère qu’à force d’explorer d’autres voies, plus respectueuses, mieux conçues et plus viables, les exemples vont se multiplier et faire tache d’encre.

Rendez-vous au prochain billet, « L’écriture numérique ».


3 réflexions au sujet de « Pouhiou : L’interview 1/2 – Auteur/Acteur du libre et du bien commun »

  1. Ping : Pouhiou : l’interview 2/2 – L’écriture numérique | Digital Humanities Toulouse

  2. Ping : Reconnaître le Domaine Public Volontaire sans fragiliser l’auteur dans les contrats d’édition (Réponse à la SGDL) | :: S.I.Lex ::

  3. Ping : [Communiqué] #MonOrchide : le livre de l'été sera libre et lesbien ! - NoéNaute.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *